Dix conseils pour une visite de sécurité efficace

Le service de prévention interne doit effectuer au moins une fois par an une enquête approfondie des lieux de travail et des postes de travail (Code sur le bien-être au travail art. II.1–6, 1° c). Une lecture littérale de ce texte de loi (des, et pas sur les lieux et postes de travail) peut laisser supposer qu'une visite physique de ceux-ci ne doit pas être effectuée chaque année. Il est toutefois aussi recommandé d’organiser régulièrement une vraie visite sur le lieu de travail et les postes de travail, et pas seulement dans le cadre du CPPT. Une visite physique des lieux et postes de travail nous permet de mieux nous rendre compte des dangers présents. Nous pouvons ensuite constater les risques, les définir plus en détail et les évaluer. Nous ne le faisons généralement pas sur le lieu de travail, mais au bureau (travail de bureau). Sur la base de l'analyse des risques, nous pouvons à nouveau formuler des mesures et établir un plan d'action.

visite

Comment aborder au mieux une visite ? Quelques conseils.

  1. Déterminez l’orientation

    Établissez à l'avance l’objectif et les points d'attention de la visite : que voulez-vous savoir ? L’objectif peut être de réduire le nombre d'accidents du travail. Si des statistiques récentes montrent que de nombreux quasi-accidents et incidents se sont produits lors de l’utilisation des escaliers, ceux-ci
    peuvent être le point d'attention de la visite. Les escaliers sont-ils équipés des rampes nécessaires ? Un revêtement antidérapant a-t-il été apposé ? Sont-ils  fabriqués dans un matériau adapté ? L'ordre et la propreté sont-ils respectés sur les escaliers et aux alentours de ceux-ci ? Les escaliers sont-ils suffisamment
    éclairés ? Sont-ils utilisés conformément aux instructions (par exemple, ne pas courir dans les escaliers, utiliser la rampe, etc.) ? Les collaborateurs portent-ils des chaussures adaptées lorsqu’ils empruntent les escaliers ? …

  2. Une bonne préparation est importante

    Préparez bien une visite. Ce schéma peut vous servir d'aide pour structurer votre visite.

  3. Choisissez les bons instruments

    Déterminez les instruments que vous allez utiliser pour atteindre l’objectif de la visite. Dans un premier temps, il est important de prendre des notes pendant la visite, mais des photos et vidéos peuvent également être utiles pour compléter le rapport par la suite (pour ce faire, utilisez par ex.
    RiskReporter). Si vous avez besoin d’appareils de mesure, vous devez les prévoir à l’avance. Si vous ne disposez pas des appareils de mesure requis, n’hésitez pas à vous renseigner auprès du service externe. Les applications GSM pour mesurer la lumière et le bruit peuvent également donner une bonne indication.

  4. Écoutez vos collègues et faites preuve d'intérêt

    Prévoyez à l’avance avec qui vous souhaitez vous entretenir et ce que vous voulez savoir. Préparez environ cinq questions ouvertes pour rassembler les informations nécessaires.

  5. Impliquez toutes les parties prenantes

    Le comité doit de préférence participer à la visite, mais aussi les responsables et la direction. Dans ce cadre, le conseiller en prévention intervient comme facilitateur de la visite. Vous montrez ainsi de manière très visuelle que la direction se préoccupe aussi de la sécurité, ce qui a
    un effet positif sur la culture de la sécurité. Encouragez les participants à jouer un rôle actif. Les participants passifs perturbent l’harmonie et donnent une image erronée aux observateurs. Ils donnent une impression de nonchalance, alors que nous souhaitons justement parvenir à une participation active de la ligne hiérarchique.

  6. Veillez à suffisamment varier

    Planifiez les visites à différents moments et variez-les. Vous aurez ainsi une image plus représentative de la situation. Si vous  réalisez toujours la visite à la même heure, les collaborateurs savent quand vous allez passer et peuvent s’y adapter. À l'occasion, planifiez la visite par mauvais temps ou lorsqu’il fait noir. Vous aurez ainsi une image plus complète de la réalité.

  7. Invitez les gens à contribuer

    Permettez aux autres participants de prendre des notes et de compléter des listes de vérification, et rédigez le rapport sur cette base. De cette manière, le lieu de travail et les postes de travail pourront être examinés depuis différentes perspectives. Vous mettez ainsi la responsabilité de la visite
    entre les mains des membres du comité et/ou de la ligne hiérarchique.

  8. Montrez le bon exemple et interpellez les autres

    Montrez le bon exemple en portant à tout moment les EPI requis. Vous voyez quelqu’un qui agit de manière imprudente ou qui ne porte pas les EPI obligatoires ? Dans ce cas, interpellez immédiatement et personnellement ce travailleur. Laissez le travailleur s’exprimer : il est beaucoup plus difficile pour lui d’expliquer pourquoi il ne porte par les EPI que de simplement se faire réprimander. Interpellez également leurs supérieurs et collègues : pourquoi ne sont-ils pas intervenus ?
    Expliquez pourquoi vous attendez que chacun fasse attention à son propre comportement, mais aussi à celui des autres.

  9. Relevez les points positifs

    Faites également une remarque quand quelque chose se passe bien et veillez à ce que cette visite soit positive. Ne cherchez pas uniquement les points problématiques ; soulignez également les choses qui fonctionnent déjà bien et communiquez à ce sujet. Vous pouvez profiter d’une visite pour expliquer aux collègues comment d’autres départements ont résolu un problème.

  10. Prévoyez un bon débriefing

    Après la visite, entretenez-vous avec chaque personne impliquée lors de celleci. Utilisez de manière optimale les connaissances et compétences de tous les participants. La confiance mutuelle, un langage univoque et la bonne attitude sont des éléments essentiels de ces échanges. Les
    émotions doivent pouvoir être abordées.
flow-rondgang-fr

 

Actualités - 19/04/2018
Auteur(s): Sophie Van de Vyver & Marc Hoppenbrouwers